L

Les erreurs à éviter lorsqu’on fait son potager – Conseils pour mieux réussir 

plan de carotte champs producteur local

Il n’y a rien de plus épanouissant que de cultiver son propre potager. Mais je ne vais pas vous cacher que, si vous essayez de cultiver vos propres légumes, vous pouvez faire certaines choses de travers et cela peut parfois être un peu frustrant.

Les erreurs que j’énumère ici aujourd’hui sont toutes des erreurs que j’ai commises au cours de ma première année de jardinage et je sais que de nombreux jardiniers ont les mêmes problèmes.

Le désir de jardinage peut facilement se transformer en frustration de jardinage, je sais.

Mais ne vous inquiétez pas : je vais vous dire ce que nous avons appris pour que vous n’ayez pas à faire tout cela. Alors commençons tout de suite.

7 erreurs les plus courantes lorsqu’on fait son propre potager

1. Semer trop tôt

Je sais combien c’est difficile quand après un long hiver, vous attendez avec impatience le jour où vous pourrez enfin sortir et creuser la terre avec vos mains. Et comme il est tentant de sortir les sacs de semences et de commencer à les tirer vers l’avant, même s’il est en fait beaucoup trop tôt pour cela.

Je fais la même erreur chaque année et je sais que beaucoup d’entre vous ressentent la même chose, je donne d’ailleurs des conseils sur ce blog de jardinage.

Si vous semez vos tomates en plein air au début du mois de février, elles doivent rester à l’intérieur bien trop longtemps. Et quand vous les plantez en pleine terre elles ne sont pas aussi fortes que si vous vous étiez donné six ou même huit semaines supplémentaires.

2. Semer uniquement au printemps

Une autre erreur que beaucoup de gens font dans leur potager est de ne pas continuer à semer continuellement après ce premier semis au printemps. Si vous voulez récolter des légumes frais toute l’année, vous devez échelonner vos semis. Cela signifie, par exemple, qu’il faut semer de la laitue au moins toutes les quatre semaines pour pouvoir en récolter.

Ce n’est donc pas obligatoire de semer au printemps mais conseillé. Vous devez aussi continuer de planter le reste de l’année.

3. Sous-estimer le sol

On oublie souvent que la partie souterraine d’une plante est généralement de la même taille que la partie visible en surface. Si vous négligez votre sol, le potager ne fonctionnera pas.

Pour faire pousser des plantes potagères fortes et saines, il faut un sol vivant et sain. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas commencer à jardiner dans un mauvais sol. Mais surtout au cours des premières années, la constitution d’un sol fertile doit toujours passer en premier. Vous pouvez donc utiliser du compost.

pomme de terre

4. Sous-estimer les plantes

Lorsque vous tenez un petit plant de chou blanc dans votre main, il est difficile d’imaginer l’espace dont il aura besoin plus tard. Mais si vous ne gardez pas cela à l’esprit et que vous placez les plantes trop serrées, elles ne se développeront pas bien et ne produiront pas autant.

Il est donc très sage de vérifier les distances de plantation avant de planter.

Seule exception : les légumes à feuilles comme la laitue ou les épinards. Nous les semons souvent beaucoup plus densément que « prescrit » pour qu’ils se transforment en tapis vert. Ainsi, les têtes de laitue ne se développent pas, mais la récolte est immense.

5. Une fertilisation incorrecte

Saviez-vous que les tomates n’ont vraiment faim d’azote que lorsqu’elles forment leur fruit ? Quelle que soit la plante concernée, trop de nutriments au mauvais moment peut faire plus de mal que de bien. En même temps, vous devez vous assurer que lorsque vos plants de légumes ont faim, ils obtiennent ce dont ils ont besoin.

Dans le cas des tomates, par exemple, cela signifie qu’en plus d’un engrais rapidement disponible comme la farine de ricin, elles doivent également être fertilisées avec un engrais plus lent comme les copeaux de corne. Chaque espèce végétale a ses préférences et il est utile de les connaître.

Dans les périodes très chaudes et sèches, il vaut mieux mettre moins d’engrais. L’engrais stimule la croissance de la plante, logiquement. Et si une plante connaît une poussée de croissance malgré un choc thermique, elle se peut qu’elle évapore plus d’eau qu’elle ne peut en supporter.

6. Ne pas récolter

Cela semble contre-intuitif pour l’instant. Qui est si stupide et oublie de récolter ses légumes alors qu’il a mis tout son travail et son amour dans son potager ?

Mais si vous avez votre propre jardin, vous savez peut-être ce que je veux dire. Pour ma part, je fais toujours la même erreur : je manque le bon moment pour la récolte.

La plupart des légumes ont meilleur goût quand on les cueille jeunes. Les courgettes d’un kilo peuvent paraître impressionnantes, mais leur goût est plutôt médiocre. La laitue devient amère si l’on attend trop longtemps avant de la récolter, et les haricots deviennent durs et ligneux. L’ail, les oignons et le potiron doivent également être bien récoltés afin de pouvoir être conservés le plus longtemps possible.

Alors mieux vaut avoir sur son radar ce qui est mûr et quand. Les légumes de votre propre jardin peuvent être tellement délicieux. Mais s’il faut se « torturer » pour les avoir, et qu’ils n’ont pas bon goût, tout cela n’est pas très amusant.

7. Potager au mauvais endroit

Une fois que vous avez déterminé l’emplacement de votre potager, vous ne pouvez pas faire grand-chose. (Sans avoir à refaire tout le travail.) C’est pourquoi il est bon de bien réfléchir à l’endroit où vous voulez planter votre potager.

L’emplacement idéal pour un jardin potager est :

  • près de chez vous
  • ensoleillé
  • a un bon sol
  • plat ou se trouve sur un léger versant sud
  • et à l’abri du vent.

Vous ne trouverez probablement pas d’endroit qui vous convienne parfaitement. Ce n’est pas trop grave, vous pouvez vous rattraper par la suite. Il y a, par exemple, des plantes potagères qui poussent aussi dans un sol ombragé. Mais bien sûr, le meilleur départ dans la vie de jardinier est de tout avoir dès le départ.

Mes conseils pour réussir votre potager

Les légumes frais et croquants issus de notre propre potager sont particulièrement délicieux, sont garantis biologiques et font aussi votre fierté. Rien que pour ces trois raisons, cela vaut la peine d’expérimenter d’avoir un potager même dans un petit jardin ou dans un balcon.

Les conditions de base doivent être bonnes !

Si vous voulez jardiner avec succès, vous devez disposer votre potager dans une position ensoleillée à semi-ombragée. Au moins 4 heures de soleil par jour est obligatoire. Un endroit très venteux rend le sol sec. Le sol doit être légèrement sableux et riche en humus. En outre, il ne devrait pas y avoir de saturation en eau.

Une bordure autour du potager est également importante. Elle peut être conçue selon les goûts de chacun. Mais attention : le bois qui entre en contact direct avec le sol vieillit avec le temps.

Quel type de potager je veux ?

Avant de commencer, il y a quelques points que vous devez éclaircir. Prenez quelques minutes et réfléchissez aux points suivants :

Combien de temps dois-je investir ? Par exemple, si vous travaillez à temps plein, vous devez d’abord vous limiter à trois types de légumes, puis augmenter lentement le temps que vous y consacrez.

De combien de place dispose-t-on ? Une courgette occupe environ 1 mètre carré à maturité, ce qui n’a qu’un pas de sens dans un petit potager. Les radis, en revanche, peuvent être semés à une distance de 5 cm et fournissent ainsi une récolte abondante.

Qu’est-ce que je veux faire pousser ? Ce n’est que si vous aimez manger les légumes vous-même que vous aimerez les cultiver et y consacrer du temps. Dans mon cas, il s’agit de carottes, de radis, d’oignons, de betteraves, de courgettes et de diverses salades.

Quel est mon niveau de connaissances et avec quelles plantes dois-je commencer ? Faites attention au niveau de difficulté lors de l’achat de semences ou de plants. Les tomates sont plus exigeantes en termes de culture et de soins que vous ne le pensez, mais les radis et les laitues ne peuvent pas faire de mal.

Tout tourne autour du sol !

Un bon sol est la base d’un potager à haut rendement. Et tous les légumes ne poussent pas aussi bien dans tous les sols et toutes les régions. Si le sol est très argileux et « dur comme de la pierre », il vaut la peine d’y incorporer du sable grossier, par exemple.

Vous devez éviter les engrais artificiels, car un sol de jardin sain n’en a pas besoin. De plus, les engrais artificiels détruisent les micro-organismes naturels du sol. Les engrais naturels, en revanche, peuvent améliorer la qualité des sols. Il s’agit notamment du fumier de cheval ou du compost.

Lorsque j’ai placé mon potager, j’ai d’abord enlevé la couche d’herbe, puis j’ai ameubli le sol. J’ai ensuite libéré la terre des racines, tamisé les pierres et travaillé généreusement dans mon propre humus à partir du compost. Ensuite, j’ai laissé le potager se reposer pendant deux semaines et ce n’est qu’après que j’ai commencé à concevoir le potager.

Créer une culture mixte

Si vous plantez toujours la même plante au même endroit, le sol finira par se fatiguer et s’épuiser. C’est pourquoi les légumes sont différenciés en fonction de leurs besoins en azote. Ceux qui ont un besoin élevé en azote ont besoin de beaucoup d’azote et lessivent rapidement le sol ; les autres ont un besoin moyen à faible.

Avec cette connaissance, j’ai divisé mon potager en quatre unités : Une unité pour la consommation élevée, une pour la consommation faible et deux unités pour la consommation moyenne.

Un autre critère pour le plan de plantation : Les plantes à racines profondes et les plantes à racines peu profondes (par exemple les carottes à côté des laitues) sont particulièrement voisines car elles nécessitent des couches de sol différentes.

En même temps, certaines plantes se soutiennent même mutuellement dans la lutte contre les parasites. Les carottes découragent la mouche de l’oignon et les oignons découragent la mouche de la carotte, de parfaits voisins !

Plan de plantation en fonction du rendement

Vous pouvez trouver le meilleur moment pour planter et récolter les différents légumes dans des livres spécialisés ou en achetant les semences.

Si vous êtes plutôt impatient, il est préférable de commencer avec des plantes qui donnent un rendement très rapide. Il s’agit notamment des radis et des salades.

Pour ma part, j’ai commencé par tout planter et j’ai récolté ce qui était mûr ensuite. Il y a d’abord eu les salades et les radis. Les courgettes et les carottes prennent plus de temps, mais cela en vaut la peine !

Pour éviter la fatigue du sol, vous devez changer chaque année de places vos légumes dans votre potager.

Conclusion

Probablement le conseil le plus important à la fin : vous devez vous amuser ! Après tout, travailler au grand air est déjà amusant, la fierté des rendements et le fait de passer du temps dans la nature est un plus.

5/5 - (1 vote)