A

Aides alimentaires : les solutions simples pour aider les personnes démunies

La situation financière de la plupart des Français s’amenuise de jour en jour. Et la crise sanitaire avec ses corollaires ne contribue en rien à résoudre la situation de précarité dans laquelle se trouve bon nombre de français. En effet, les fins de mois deviennent de plus en plus dures et la première nécessité actuelle est de se nourrir ainsi que les enfants. Pour les foyers démunis, l’intérêt de l’aide alimentaire est qu’elle permet d’avoir des produits gratuitement ou à des tarifs réduits. L’aide alimentaire en France est cependant diversifiée et assurée par des structures habilitées. Si vous souhaitez contribuer à la réduction des peines des publics démunis, cet article vous précise les différents moyens d’aides.  

 

L’aide alimentaire : un véritable dispositif d’aide aux publics démunis 

L’insécurité alimentaire est « une situation dans laquelle des personnes n’ont pas la possibilité physique, sociale et économique de se procurer une alimentation sûre et nutritive en quantité suffisante, qui satisfasse leurs besoins nutritionnels et leurs préférences alimentaires pour leur permettre de mener une vie active et saine ».  

En France, une personne sur cinq est dans cette situation de précarité alimentaire, d’après le baromètre de la pauvreté Ipsos/Secours populaire de septembre 2018. 21 % des Français interrogés estiment, en effet, rencontrer des difficultés pour se procurer une alimentation saine leur permettant d’assurer trois repas par jour. Il s’agit même de près d’une personne sur deux (48 %) – qui éprouve de telles difficultés - s’agissant des personnes dont le revenu net du foyer est inférieur à 1 200 euros par mois. Pour pallier cette situation de précarité, la solution idéale est l’aide alimentaire. 

Encore connue sous l’appellation de bon alimentaire ou de ticket alimentaire, l’aide alimentaire est une aide qui est attribuée de façon générale aux foyers ayant des difficultés ou se trouvant en fragilité pécuniaire et qui ne dispose pas assez de ressources financières pour satisfaire à leurs besoins en alimentation. Il s’agit d’un dispositif entièrement contrôlé et encadré par la loi.  

En effet, depuis la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche du 27 juillet 2010, l’aide alimentaire dispose d’un cadre légal dans le droit français. L’aide alimentaire est définie comme : « ayant pour objet la fourniture de denrées alimentaires aux personnes les plus démunies. Cette aide est apportée tant par l’Union européenne que par l’État ou toute autre personne morale ». 

Qui peut bénéficier de l’aide alimentaire ? 

S’agissant des personnes pouvant bénéficier de cette aide, il s’agit de toutes personnes se retrouvant dans une situation de précarité difficile. On peut citer en l’occurrence les réfugiés, les personnes sans-papiers, les chômeurs, les bénéficiaires du RSA, les personnes en situation d’endettement, les travailleurs pauvres, les mamans seules, etc. 

Les tickets alimentaires en l’espèce peuvent se trouver de différentes manières :  

  • Les collectivités locales ; 
  • Les centres communaux d’action sociale ; 
  • Les œuvres caritatives ou les services sociaux ou encore toutes autres institutions qui aident les personnes en difficulté. 

Bon à savoir : l’offre en matière d’aide alimentaire est assez variée. Les trois principaux modèles se déclinent en la distribution de colis alimentaires, les restaurants sociaux et les épiceries sociales. 

En résumé, l’aide alimentaire participe à la lutte contre la précarité alimentaire grâce à la mise à disposition de denrées et à la proposition d’un accompagnement aux personnes accueillies. Outre le soutien d’urgence apporté, elle contribue à renforcer ou rétablir le lien social. En d’autres termes, elle constitue une porte d’entrée vers des dispositifs d’insertion. 

Aides aux publics démunis : comment s’y prendre ? 

L’aide alimentaire comme nous l’avons rappelé plus haut, peut revêtir plusieurs formes : distribution de colis, accès à une épicerie sociale et solidaire, prise de repas dans un restaurant solidaire ou pendant une distribution de rue, l’abonnement à des paniers de légumes, etc. 

L’implémentation de l’aide alimentaire est du fait d’un nombre important d’acteurs. Vous avez généralement les réseaux associatifs, les centres communaux et intercommunaux d’action sociale et les milliers de bénévoles tout mobilisés qui jouent un rôle prépondérant. 

Approvisionnement de la banque alimentaire 

Par exemple, en période hivernale il existe de nombreux supermarchés qui organisent des collectes destinées à alimenter la banque alimentaire. Cet appui aux publics démunis est simple, sain et efficace grâce à des produits frais provenant directement du magasin. De plus, ces dons sont également composés de produits d’hygiène tels que les couches pour bébé ou les protections hygiéniques, produits particulièrement onéreux lorsque l’on se trouve en situation de grande précarité.   

Distribution de colis 

C’est l’un des moyens les plus répandus pour aider les publics démunis. La distribution de colis permet aux bénéficiaires de recevoir un colis alimentaire (gratuitement ou contre le paiement d’une somme forfaitaire). Le Fonds européen d’aide aux plus démunis et les Banques alimentaires sont les premiers fournisseurs.  

Des produits récoltés ou achetés auprès des grandes surfaces, des commerces locaux et d’autres donateurs privés complètent l’approvisionnement. En général, les colis alimentaires n’ont pas pour vocation d’alimenter quotidiennement les bénéficiaires. C’est un appui qui permet aux ménages ou l’individu de tenir tout au plus quelques jours. 

 

Les restaurants sociaux 

Au niveau des restaurants sociaux, il est possible d’avoir accès aux repas gratuits ou en contrepartie d’une participation modique aux frais généraux de la structure. Grâce à ce dispositif, de nombreuses personnes qui, faute de moyens, d’équipements domestiques ou de domicile, sont nourries.  

Par ailleurs, les restaurants sociaux sont aussi pour les bénéficiaires, un lieu de rencontre et de création de lien social. Cette appellation recouvre des initiatives très différentes les unes des autres, tant en ce qui concerne les objectifs, les publics visés, les types de repas que les tarifs pratiqués. Ainsi, si certains restaurants sociaux s’adressent à des publics spécifiques comme les personnes âgées ou les sans-abris, d’autres sont ouverts à tous, visant le décloisonnement et la mixité sociale. 

En dehors de ces différents moyens par lesquels les personnes en situation de précarité sont aidées, il existe d’autres alternatives telles que la distribution de nourriture dans les gares et à travers les maraudes ou encore la distribution de tickets-restaurant, d’argent liquide ou de bons alimentaires valables dans les commerces locaux. 

Notez cet Article
CategoriesNon classé